Serial Critiques

17 novembre 2011

One Tree Hill [1.01]



1.01: Pilot
2 280 000 téléspectateurs
- ♥♥♥ -


TUMBLR: Unkind Ravens

L’envie de me replonger dans ce premier épisode après avoir appris que ce 16/11/2011 aura été un jour noire pour les fans du show et des acteurs de la série. C’est en effet ce jour qu’a eu lieu le dernier jour de tournage de la série. C’est donc terminé, officiellement. Même si j’ai abandonné cette série depuis fort longtemps, l’envie de me refaire ce pilote s’est vite fait ressentir.

Drôle de revoir ce début. On est encore loin de ce que la série nous offrira par la suite. C’est en revisionnant ce pilote que je me rends compte combien les personnages sont amenés à changer par la suite. Celui ayant le plus murit n’est autre que Nathan. Il faut dire qu’il est vraiment détestable au départ. Content que les scénaristes aient modifié ce personnage par la suite, le rendant plus indépendant et surtout attachant.

J’ai toujours adoré Peyton et plus particulièrement le couple qu’elle formera à l’avenir avecLucas. Le fameux Leyton ♥ comme les fans les appellent. J’avais à l’époque de suite accroché à son caractère, son franc parlé et son air de fille rebelle. Adolescent, même si je suis un mec j’avais l’âme d’une Peyton. Toujours dans un état de déprime, écoutant de la musique Rock à longueur de journée et j’en passe…

De suite nous avons affaire à une panoplie de personnage que l’on a envie de connaître. J’aime beaucoup également l’image que la série désirait se donner dès le départ, brises des tabous. Plusieurs fois dans ce premier épisode le mot sexe est prononcé, chose rare à l’époque.
Il y a également le fameux moment ou Haley se moque d’un couple phare d’un autre teen drame à succès. Le clin d’œil à Dawson et Joey m’a beaucoup fait rire je l’avoue.

Ce qui m’avais fait un peu peur à l’époque où j’avais visionné ce pilote n’est pas que le thème principal : le basket. A l’époque j’avoue que je n’y connaissais pas grand-chose. Le fait que tout soit expliqué grâce à un personnage secondaire, micro, m’a de suite rassuré. Je ne me suis jamais senti perdu une seule fois face à ce sport.

Pas mal de chose sont de suite mis en avant, je parle bien évidemment de la relation conflictuelle qu’il y a entre Nathan et Lucas, le fait que le père des jeunes hommes alimentent cette haine farouche. Puis il y a la relation entre Keith et la mère de Lucas qui ne cessera de tourner en rond pendant un moment.

Quel plaisir de retourner à One Tree Hill, la sensation de ne jamais être parti, de rentrer chez moi. J’ai l’intention de continuer mes reviews. Je pense que je ferais comme pour Buffy contre les vampires et Dawson’s creek, ce sera périodique seulement à moins que ces chronique vous fassent réagir…


Commentaires

    LEYTON!!!!! XD nan nan ce n'est pas la seule chose qui m'a interessée dans ta chronique XD mais bon dès qu'on me parle de leyton je ne peux penser qu'a eux et surtout dans cet épisode leur "rencontre" avec la magnifique chanson hands down de dashboard confessionnal
    Bon après moi le nathan d'avant asse arogant j'aimais bien et on voyais vraiment des personnalités différentes qui fesais que ce show était expetionnel . =D

    Posté par chowcolatte, 17 novembre 2011 à 18:20
  • Je viens de découvrir comment laisser des commentaires!!! Héé j'adore ton blog! Des articles sur certains épisodes c'est chouette!!
    Bref concernant OTH, j'ai été contente de l'arrêt de cette série. La fin était bien loin de l'esprit de la saison une. C'est vrai qu'on voit bien l'évolution des personnages mais ca devenait plus vraiment crédible. Mais la fin m'a tout de même fait pleurer... le passage avec Dan et Nathan... Bref une chouette série qui me rendra nostalgique dans quelques années. XD
    Bonne continuation!!

    Posté par icbeerg00, 17 novembre 2011 à 21:12
  • J'pense que c'est une très bonne idée de faire des avis sur One Tree Hill parce que ça nous replonge dans la série et dans les inoubliables premières saisons même si j'viens de découvrir le blog j'espère que tu continueras

    Posté par Laetitia, 10 janvier 2012 à 12:05

Poster un commentaire